Dampftriebwagen Kittel, G.Bad.Sts.B. | Gauge Trix H0 - Article No. 22046

Automotrice à vapeur.

Modèle réel : automotrice à vapeur type Kittel CidT des chemins de fer du Grand Duché de Bade (G.Bad.Sts.B.). Construite à partir de 1915. Version en livrée d'origine vert bouteille datant de l'époque I. Etat de service vers 1915. Numéro d'immatriculation : 1004.

b&K,Y
Automotrice à vapeur.
Automotrice à vapeur.

Most Important Facts

Article No.22046
Gauge / Design type Trix H0 /
EraI
KindAutomotrice
ManualsSpare parts listOrder spare partsCompact viewCopy link
Article not produced anymore.
Check with your local dealer
Find Dealer

Highlights

  • Version en livrée d'origine et avec éclairage au gaz.
  • Product description

    Modèle réduit : Époque I. Châssis en métal coulé sous pression. Interface numérique à 21 pôles conforme NEM. Moteur à 5 pôles avec volant d'inertie. 2 essieux moteurs. Inversion de l'éclairage frontal à 2 feux en fonction du sens de marche. Boîtier d'attelage conforme NEM. Nombreux détails rapportés. Vue dégagée au travers de la cabine de conduite, reproduction de la chaudière. Détails de la traverse porte-tampons fournis dans un sachet afin de pouvoir équiper la zone frontale au choix de manière réaliste pour l'exposition en vitrine ou simplement pour l'exploitation.
    Longueur h.t. 13 cm.

    Vous trouverez ce modèle en version pour courant alternatif dans la gamme Märklin H0 sous la réf. 37257.

  • Publications

    - Nouveautés 2010 - Catalogue général 2010/2011 - Catalogue général 2011/2012
  • Prototype information

    Au cours de la dernière décennie du 19e siècle, les chemins de fer wurtembergeois (K.W.St.E.), réputés pour être économes, réfléchirent sérieusement à une rationalisation possible de l’exploitation sur les lignes secondaires et aux heures de faible trafic. En novembre 1895, ils commandèrent une première automotrice à vapeur (DW 1) ) à la société parisienne « Serpollet ». Cet engin à deux essieux se distinguait par la chaudière Serpollet, qui présentait l’avantage économique qu’un seul agent suffisait à la faire fonctionner. Cette chaudière était constituée d’un système de tuyaux installé dans une armoire ignifugée. Six autres engins dotés de chaudières Serpollet (DW 2 à 7) furent livrés entre 1899 et 1903 par « Maschinenfabrik Esslingen (ME) ». Toutefois, la production insuffisante de vapeur des engins ne donna pas de résultats satisfaisants en service. En 1904, une nouvelle chaudière conçue par la « Maschinenfabrik Esslingen » sous la direction de Kittel apporta une amélioration déterminante. La chaudière Kittel était une chaudière verticale aquatubulaire avec foyer à tube ondulé. Un grand surchauffeur était placé au-dessus de la chaudière, capable dès lors d’assurer une puissance suffisante. Entre 1905 et 1909, la ME livra aux K.W.St.E. neuf automotrices à vapeur (DW 8 à 14, 16, 17) dotées de chaudières Kittel. Entre 1904 et 1908, les automotrices Serpollet DW 1 à 7 furent également équipées d’une chaudière Kittel et la DW 1 fut renumérotée DW 15. En 1914/15, les chemins de fer de Bade firent l’acquisition de huit engins similaires portant les numéros 1000 à 1007 et qui se distinguaient des automotrices wurtembergeoises par les détails suivants : Positionnement symétrique de la chaudière sur l’essieu central, empattement supérieur de 5,5 m, répartition des fenêtres différentes, marches d'accès frontal avec contremarche, caisse du tender surbaissé ainsi qu’une augmentation de la capacité de réserve. La DRG reprit toutes les unités badoises, mais seulement une partie des wurtembergeoises. Lors de la réimmatriculation en 1930, l'effectif était encore de 14 unités qui furent immatriculées DT 1 à 14. Treize automotrices survécurent à la seconde guerre mondiale. Neuf restèrent dans les zones d’occupation occidentales, dont sept furent réformées au cours de l’année 1949. En 1950, la Deutsche Bundesbahn possédait encore deux unités : La DT 1 (ex-numéro 1000) et la DT 8 (ex-1007). Cette dernière se montra tenace et assura même encore jusqu’à fin 1953 le service de navette sur la ligne badoise Müllheim-Neuenburg. Elle fut garée le 2 janvier 1954, puis réformée le 3 mars 1954. Après 1945, les automotrices DT 2, 3 et 9 (ex 1001, 1002 et DW 15) restèrent à la SNCF. Les deux premiers engins furent encore utilisées à Mulhouse jusqu’en 1956 pour le transport du personnel avec l’immatriculation XDR 10.102 et 10.103. l’ancienne DT 6 (ex 1005) quant à elle fut incorporée en 1949 - après la nationalisation des chemins de fer d’Oderbruch – au parc de la DR sous l’immatriculation DT 151 ; elle y resta toutefois garée et fut ferraillée en novembre 1957 à Frankfurt/Oder. L’une des automotrices Kittel, livrée en Suisse, y est conservée en état de marche. Les automotrices à vapeur Kittel firent largement leurs preuves. On apprécia particulièrement leur marche équilibrée et leur capacité d’accélération. Lors de marches d’essai, certaines atteignirent même les 70 km/h. Ces petites automotrices prouvèrent leur efficacité aussi sur des rampes de 1 : 100 qu’elles gravirent encore à la vitesse de 25 km/h en remorquant deux voitures voyageurs et 150 personnes.

Warning

ATTENTION: not for children under 3 years